Comme beaucoup de personnes (avouez-le), je me balade avec pas mal de préjugés. Attention, loin de moi l’idée d’être obtuse : je ne demande qu’à torpiller les idées reçues à la moindre occasion ! Mais il faut le dire : quand je suis arrivée à Lille il y a quatre mois, j’avais dans mes valises des idées un peu trop convenues sur la ville et la région.
Alors, quatre mois après, que reste-t-il de ces idées, largement véhiculées par les médias et Evelyne Delhia ?
 

Les lillois ont le soleil dans le cœur… mais pas que ! 

Vous connaissez cette célèbre parole « les gens du Nord ont dans le cœur la chaleur qu’ils n’ont pas dehors ». C’est vrai. C’est un fait. Mais plus que cela encore, les lillois ont une capacité à s’enthousiasmer devant le moindre rayon de soleil comme un gamin à qui ont annoncerait une balade chez Mickey !

Dès que Râ accepte de pointer ses rayons par ici (ce qui n’arrive pas tous les jours, c’est vrai), les gens d’ici trouvent une place au soleil. Des terrasses de la Treille, au parc de La Citadelle en passant par le moindre banc ou quelques marches jugées suffisamment confortables, le lillois peaufine son bronzage. Et croyez-moi, ça a le don de mettre tout le monde de bonne humeur et du soleil dans le cœur ! 

Allez viens, on va vivre en Cosmopolitanie !

En arrivant ici, je m’attendais à entendre beaucoup, beaucoup, parler avec un accent. Et avec un accent unique ! C’est sans doute le préjugé le plus ancré : dans le Nord, on parle ch’timi et on remplace les « che » par des « ke ». En fait, à Lille, les accents sont plutôt variés (dingue, non ?!), parce que la ville a su attirer des gens venant de tous horizons. D’ailleurs, l’accent du Nord est à peine audible ! En revanche, on croise ici des personnes venant d’un peu partout en France (des bretons, des basques, des alsaciens, …) mais pas que : on croise aussi des belges (c’est surprenant, n’est-ce pas ?), des Portugo-allemands, et des gens venant de bien plus loin.
Mais rassurez-vous, si vous mourrez d’envie d’entendre le délicat accent ch’ti, il n’est jamais bien loin. Un petit détour par certains quartiers plus populaires ou dans le métro un samedi après-midi et vous devriez croiser quelques beaux spécimens (demandez-leur donc votre chemin, ils vous diront quoi).

Que la bière coule à flot !

Ah, la bière ! Cette boisson houblonnée qui désaltèrerait même le plus déshydraté des hommes (sur le coup, du moins). Ici la bière n’est pas qu’une boisson, c’est une institution. Bien sûr, la bière s’est démocratisée un peu partout et on en consomme bien plus et bien mieux du nord au sud, de l’est à l’ouest, mais à Lille on l’apprécie comme nulle part ailleurs (ou alors, juste en Belgique) !


Il est plus courant ici de voir un repas dégusté avec une bière plutôt qu’avec un verre de vin. D’ailleurs, la bière on la retrouve jusque dans l’assiette ! De nombreuses spécialités sont cuisinées à  la bière. Tenez le welsh, ce délice très « fin » du Nord, n’est autre qu’une tranche de pain imbibée de bière et agrémenté de cheddar et de jambon (voire d’un œuf, si vous êtes gourmand et ambitieux). Une institution, vous dis-je. 

Une alimentation équilibrée = belle répartition entre le fromage et les frites 

Côté gastronomie, j’avais deux trucs en tête : le Maroilles (supposément fromage qui pue le plus au monde) et les frites (cuisinées à la graisse de bœuf). C’était un brin réducteur, mais pas tant que cela finalement…
Premièrement, le Maroilles pue. C’est un fait. Mais il pue moins que bien d’autres fromages et surtout, son goût n’est pas à la hauteur de son odeur (comprenez que vous pourrez en manger sans avoir des haut-le-cœur). Bon, en revanche soyons clairs : quand vous entrez dans un estaminet, vous savez que vos fringues peuvent prendre un ticket pour un tour dans la machine à laver. 

Deuxièmement, on trouve des frites partout. Et elles sont bonnes à peu près partout. Enfin plutôt délicieuses. Car oui, ici, refuser des frites reviendrait à renier sa famille tout entière, cousins au troisième degré inclus ! C’était prévisible, mais quand j’ai vu une serveuse arriver avec une assiette de poulet au curry accompagné de frites, j’ai compris que c’était, comme la bière, une institution. Quelle idiotie de manger un poulet au curry avec du riz, franchement…

Tout bon lillois saura donc vous décliner son top 3 des meilleures frites de Lille. Et s’en suivra indéniablement un débat houleux sur le sujet (mais convivial, rapport au soleil dans le cœur, tout ça…). 

On vous aura prévenu : à Lille, les préjugés ne se font pas démonter mais plutôt renforcer… pour notre plus grand plaisir !