Humble, fidèle, plutôt rural, polyvalent et motard à ses heures perdues, le candidat nordiste de la Nouvelle saison de Top Chef sur M6 devrait représenter fièrement notre région ! Spécialiste de la cuisine « d’auteur » qu’il apprend au quotidien au Château de Beaulieu auprès de Marc Meurin doublement étoilé, il affirme que c’est « un métier où il faut aimer souffrir » ! Nous avons pu l’approcher pour une interview qui permet de connaître l’homme qui se cache derrière le grand professionnel. 

Raconte nous les grandes étapes de ton parcours dans la cuisine jusqu’à Top Chef ?

Je suis issu d’une famille de boucher charcutier traiteur de père en fils. Je préparais des petites choses avec ma mère pour la partie traiteur. J’ai fait l’école hotellière d’Orchies. Un BEP et et un BAC PRO cuisine. Ensuite, j’ai travaillé 3 ans au restaurant Le Musigny à Valenciennes et aujourd’hui, j’attaque ma 6e année chez Mr Meurin au .

Quelles sont tes autres passions dans la vie ?

J’adore faire de la moto. Souvent l’apres midi et je me fais des virées entre potes avec les Harley du Nord deux trois fois par an.

On a l’impression que les cuisiniers sont devenus les nouvelles rock star. Est-ce que la cuisine aide avec les filles ?

Moi je suis en couple tout se passe bien ! j’ai pas fait cette émission pour ça mais plutôt pour me jauger professionnellement et me mesurer aux autres.

Plus sérieusement, parles-nous de Marc Meurin. En quoi est-il un chef d’exception ?

Ca fait 6 ans que je travaille avec son chef exécutif Philippe Géniteau qui m’a beaucoup appris sur l’organisation de mon travail. Il n’y a pas un service sans que le chef Meurin soit là. Il s’est fait tout seul. C’est un autodidacte. Ca force l’admiration. C’est la 20e année qu’il passe avec sa 2e étoile… C’est exceptionnel !

Comment definirais-tu ta cuisine ?

Pa vraiment d’étiquette . Je réalise la cuisine d’auteur de Mr Meurin. Il n’y en a pas beaucoup en France qui font se type de cuisine. Je m’inspire de ce type de cuisine mais je ne peux pas avoir la prétention d’avoir une vraie identité culinaire. Mon gros problème c’est que j’aime travailler tous les produits ! On est libre dans la cuisine de toucher à plusieurs postes.  Mais c’est un métier où il faut savoir souffrir, surtout pour être polyvalent !

En abordant ce concours, pensais-tu pouvoir arriver au bout ?Quels étaient tes objectifs ?

Je me suis fait caster sur Facebook. Je n’étais même pas dans l’optique d’y participer. En participant, je voulais donner le meilleur de moi-même. Après, on a la petite voix qui nous donne envie d’aller en finale… Mais tout le monde a envie de gagner, ça c’est sûr !

Quels candidats sont devenus des vrais potes ?

Cette année on a eu une cohésion de groupe extraordinaire. Il ne se passe pas une journée sans qu’on se donne des news sur What’s app ! Tu t’es fait que des copains ! Ca va se sentir dans l’émission. Tous les soirs, on allait manger ensemble ! Que des copains et de belles personnes !

Quelles sont tes adresses préférées à Lille pour te faire une bonne bouffe ?

Chez mon copain Diego Delbecq , le Rozo que j’ai connu dans les cuisines de chez Meurin. Je vais aussi le lundi soir chez Monsieur Jean. Pour manger plus vite fait, j’aime aller au Basilic Café ! Lille est une belle place gastronomique en France. Après un trou d’air au début des années 2010, ça commence vraiment à bouger et à taper fort. Surtout depuis deux – trois ans.

A titre perso, quel est ton prochain objectif dans la cuisine ? Ton rêve ?

J’aimerais devenir le meilleur ouvrier de France, ça serait une consécration ultime. C’est de la haute voltige ! Si un jour j’ouvre mon resto, ce sera à la campagne et pas en centre-ville parce que je me sens mieux au milieu des pâtures. Je préfère l’idée d’ ouvrir une petite auberge à la campagne qu’un super resto chic en centre-ville !

 


N’hésitez pas à nous donner vos impressions sur le candidat ! Selon vous, a t-il ses chances de remporter le concours ?