Comment trouver les mots ? Parler du Picon bière, c’est parcourir les âges, les lieux, les palais. C’est l’amertume et le sucré, c’est la puissance d’une saveur et la délicatesse d’une robe. C’est le caractère d’une femme qui ne se laisse pas apprivoiser et qui prend le risque de déplaire. C’est une dame sans âge, un peu immortelle, qui a traversé les années sans livrer tous ses secrets, sans céder à la facilité de la jeunesse. C’est surtout parler d’amour…

De l’apéro à papi à la nouvelle tendance

Comment une boisson traditionnelle ancestrale est revenue au goût du jour,  au point de garnir certains apéros parisiens ? Une chose est sure, le Picon bière est la spécialité nordiste. Passé de la boisson à papi à boisson tendance, on la sirote dans toutes les couches sociales comme une boisson pour les bons moments !

Il serait bien exagéré de dire que tous les nordistes aiment le Picon bière. Bien au contraire. Non, là on parle d’une boisson qui ne se laisse pas apprivoiser facilement. Il faut avoir le palais aguerri pour se délecter d’un Picon bière. D’ailleurs, on devine l’effronterie de cette boisson rien qu’à l’oreille. Il suffit de passer commande rapidement pour entendre  «un  p’tit con svp» ! Ca annonce la couleur brune caramel d’une boisson qui intrigue et inquiète visuellement. Malgré tout, on veut s’y frotter, ne serait-ce que pour goûter, même avec la grimace de l’appréhension. Une couleur qui évolue fatalement en fonction du dosage et du volume du Picon dans la bière. Vous avez beau jouer les hommes, si votre verre a l’aspect d’une Guinness, vous êtes hors-jeu. Non, seulement l’amertume et le sucre risquent de vous faire tousser mais en plus vous finirez votre apéro avant l’heure. « Le Picon bière, il n’y a rien de plus traître, c’est de ça que mon pauvre papa est mort » annonçait déjà Audiard dans Un singe en hiver.

Non, le Picon se sert avec parcimonie pour obtenir une couleur brune ambrée. Ne pas en mettre suffisamment et vous passerez à côté du nectar caramélisé qu’il diffuse… Un bon Picon bière se délecte donc servi par des doigts d’expert, savamment équilibré. D’ailleurs on ne choisit pas d’aimer le Picon, c’est lui qui nous choisit ! Amertume, caramel, agrume, puissance… voilà le cocktail Molotov gustatif, l’amer plaisir brun du côté obscur…

 

Origine algérienne, lilloise d’adoption 

C’est en attrapant une fièvre maligne, alors qu’il est en Algérie, que Gaëtan Picon invente une mixture à base de zest d’orange et d’eau de vie pour la commercialiser en 1837. Classé dans la catégorie des « amers » cette boisson va vite remporter des prix qui feront la fortune de l’inventeur. Fini pour l’histoire.  Pour se diffuser dans quelques régions de France dont celle des Hauts de France et devenir l’apéro à papy, traditionnel nordiste. Si quelques spécimen le préfèrent avec du vin blanc, Le Picon, le vrai, le tatoué, est évidemment associé à la bière. L’unique Picon bière !