Bon, on ne peut pas dire que ma vie soit une question de timing. C’est vrai, faire les bons choix aux bons moments relèvent pour moi du miracle. Lorsque j’ai décidé d’habiter rue Massena à Lille est un exemple de plus de ce contre-temps. Je contextualise. Lillois de nature, j’ai usé de ce quartier durant mes 16 – 20 ans, enchaînant les soirées étudiantes, les hectolitres de pintes à 5€, les flirts (et quelques bagarres) dans une quête de liberté éthylique que j’associais à ma construction d’homme.

Bref, comme beaucoup, une période étudiante épicurienne et agitée hormonalement. Seulement, quand on rencontre quelqu’un et les années passant, on sent le moment de prendre un virage, celui d’une vie plus stable. Les mois passent et l’amour dure alors on fait le choix d’emménager pour la 1e fois de sa vie avec Juliette. Et c’est bizarrement dans ce contexte post-étudiant que je me suis retrouvé à habiter … rue Masséna.

Tout le monde connait ce quartier. De réputation au moins. En un mot, on résume la rue Massena comme la RUE DE LA SOIF. Rue du quartier centre-ville qui ne vit que la nuit et se réveille du mercredi soir au dimanche soir. Un lieu où règnent les pubs, les kebabs.. et les odeurs d’urine.

Alors pourquoi choisir ce quartier ?

Premièrement, parce que Massena est extrèmement bien placé au coeur de la ville, près de tout. A égal distance du Vieux-Lille et du marché de Wazemmes par exemple. Ensuite, parce que les loyers sont accessibles et les surfaces moyennes prolifèrent. Concrètement, je vivais dans un appartement de charme de 45m2, chambre séparée, vieux parquet, double vitrage, poutre apparente… pour 650€ par mois. A faire pâlir n’importe quel parisien !

Enfin comme dans tout endroit du centre-ville, toutes les commodités étaient ultra-présentes (commerces, cinémas, métro République, fast-food et bois de Boulogne). Ce qui nous a sauvé en vivant au 2e étage d’un appartement rue Masséna, c’était de ne pas se trouver au dessus d’un pub, d’avoir des fenêtres en double vitrage et la chambre qui donnait côté cour. Pensez y si vous faites le choix de ce quartier. Très important !

Interdit aux plus de 20 ans

 

Hormis ces avantages non-négligeables, difficile de se projeter sur le moyen terme dans ce quartier lorsque vous êtes un jeune couple  ou si vous désirez construire une petite famille. En sortant de mon appartement le matin, je devais souvent sauter au dessus de flaques de gerbes déposées gentiment devant ma porte. Les odeurs matinales transpirées encore les abus de la veille. Je remontais donc souvent la rue en apnée.

Le soir, le quartier est animé et vous êtes souvent sollicités par les amis de passage dans le coin qui ont envie de boire une bière. Du coup, niveau stabilité du couple, on connait mieux. Bref, c’est un quartier vivant et les étudiants seront heureux de rentrer de leur soirée en titubant sur quelques mètres avant de retrouver leur lit mais si vous êtes allergiques aux fêtes, à la profusion d’alcool et à tous les effets kiss-cool que ça engrange, passez votre chemin.

Le quartier Masséna, bien que dans le centre-ville n’est vraiment pas le quartier qui jouit de la meilleure réputation. Non pas qu’il soit particulièrement « craignosse » mais par l’image d’industrie de la soif et de l’ivresse qu’il véhicule. Nombreux Lillois aujourd’hui rejettent l’idée de passer leurs soirées dans ce coin réservé presque exclusivement aux jeunes. Il y a un temps pour tout !


Points +

Bien situé
Pas cher
Proche de toutes commodités (commerces, bois, bars, métro, fast-food)
Pintes à 5€ / 20 pressions différentes dans chaque pub

Points –

Agitation nocturne permanente
Odeurs
Uniformisation des pubs
Pas cosmopolite (que des jeunes étudiants)


Si vous cherchez où habiter à Lille en fonction de votre profil…


Si vous êtes ok avec cette description de Masséna, vous pouvez partager notre article !

Et si vous aussi, vous avez vécu dans ce quartier, n’hésitez pas à nous raconter une anecdote dans les commentaires !